Cimetière militaire et monument aux morts

La lanterne des morts du cimetière militaire
cliquez pour agrandir l'image La lanterne des morts du cimetière militaire

Un monument en grès (1923, architecte Danis) reproduit une lanterne des morts, qui existait déjà au Moyen Age dans tous les cimetières où brule une flamme jour et nuit. Sur une plaque sont gravés, les noms de tous les hommes de la commune morts lors de la Première Guerre mondiale. Les tombes des victimes de la Seconde Guerre mondiale entourent le monument.

Ce cimetière militaire comprend 166 tombes de soldats tués lors de la première guerre mondiale, sur le front alsacien et décédés à l’hôpital militaire de Morvillars.

Le cimetière militaire
cliquez pour agrandir l'image Le cimetière militaire

Etablie sur une superficie de 16 ares, la nécropole de Morvillars regroupe 155 tombes de soldats français et une de soldat britannique, mais également quatre de soldats français de la Deuxième Guerre mondiale. Le cimetière comporte un monument lanterne qui fait office de monument aux morts de la commune. Les soldats reposant dans la nécropole ont été tués dans les combats du Sundgau près de la frontière suisse ou sont décédés dans les hôpitaux militaires de Morvillars.

Le cimetière a été inauguré en 1923 et réaménagé en 1979 par regroupements des carrés militaires de Morvillars et de Chavannes-les-Grands.

Autour du monument lanterne des morts ont été enterrés les corps des soldats originaires de Morvillars. La création de cette nécropole nationale et de regroupements des tombes officielles d’un cimetière militaire, de tombes de soldats restitués aux familles et du monument aux morts doit beaucoup à l’esprit paternaliste de Louis Viellard, maire de Morvillars et député du Haut-Rhin durant la guerre. Il participa financièrement au projet, évitant à la commune un endettement excessif.

 

Documentation : La Grande Guerre dans le Territoire de Belfort – Laurent Tatu et Jean-Christophe Tamborini et Le patrimoine des communes du Territoire de Belfort  - Editions Flohic

cliquez pour agrandir l'image

 

 

 

 

Une tombe anglaise isolée : T. ROBERTSON - Royal Scots - 03.01.1919
Sur la pierre tombale est gravé : "Until the day breaks and shadows flee away" 

La nécropole vise l’inscription à l’UNESCO (Est Républicain-Le Pays 2 mai 2015)

 LA NÉCROPOLE DE MORVILLARS reste le seul site du Territoire de Belfort à prétendre à l’inscription des paysages et sites de mémoire de la Grande guerre sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Mais sa mise en valeur devient urgente.

Divers partenaires (archives départementales, pôle des sépultures de guerre, communauté de l’agglomération belfortaine, commune de Morvillars) concernés par le projet de valorisation de la nécropole nationale se sont retrouvés dernièrement en mairie de Morvillars. Cette réunion avait pour objectifs d’engager le travail de définition des périmètres de protection de la nécropole, mais aussi de définir le plan de gestion du site quant à l’entretien du monument, la signalétique et sa valorisation touristique.

Le projet d’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco date de janvier 2014 et depuis 16 mois, le dossier a évolué et a déjà franchi plusieurs étapes. L’Unesco a restreint la problématique d’inscription en ne gardant que le seul thème des sites funéraires. C’est pourquoi le projet de Joncherey a été abandonné : il était lié au monument du caporal Peugeot, le premier tué de la guerre 14-18 (avec le lieutenant allemand Mayer).

Pour l’association « Paysages et sites de mémoire de la Grande guerre », le fait que le site de Morvillars soit désormais le seul retenu dans le département est une force car il y a une logique d’aller jusqu’à la frontière suisse. De plus, la nécropole est à la fois nationale et communale avec un caractère individuel des sépultures. Enfin, l’architecte de la nécropole et du monument lanterne des morts, Robert Danis, est une personne reconnue et importante.

Mais avant que l’inscription au patrimoine de l’Unesco soit confirmée (certainement en 2017), il y a urgence à mettre en valeur la nécropole avec un site parfaitement entretenu, une signalétique, une mise en valeur touristique. Inspecteurs de l’UNESCO Urgence car comme pour les guides gastronomiques, l’Unesco pourrait envoyer des inspecteurs sur le site.

Force est de constater qu’aujourd’hui la nécropole n’attire pas un regard bienveillant. En août 2014, diverses propositions avaient été retenues pour la restauration de la nécropole lors d’une réunion de travail sur le terrain entre les représentants du pôle des sépultures de guerre (ministère de la Défense), la commune de Morvillars et le Souvenir français.

Ces travaux portent sur l’entretien et l’embellissement du site : allée centrale, plateforme supérieure, pilastres d’entrée, nettoyage du monument aux morts, traitement des 174 croix et plaques, nouvelle hampe du drapeau, plantation d’arbres, fleurissement, remise en fonction de la lanterne des morts… La création d’un parking est également une nécessité. La pose d’un panneau pédagogique en forme de lutrin à l’entrée du cimetière devrait être effectuée dans l’année 2015. Une maquette a été préparée, elle est à l’étude au ministère de la Défense.

L’urgence est là pour les travaux. Les différents partenaires souhaitent vivement que le pole des sépultures de guerre traite le dossier Morvillars à part afin que les travaux soient réalisés dans les meilleurs délais. Une chose est sûre, la mobilisation de tous est de mise avec enthousiasme, ardeur, sérénité et quiétude. Il faut que toutes les chances soient réunies pour le classement Unesco.

Des animations autour du site

Au niveau de l’animation et de la communication autour du site, l’année 2014 a été riche en événements : animations avec les scolaires (école primaire et collège), journées du patrimoine, films réalisés par le lycée Viette, cérémonies patriotiques impliquant la population, exposition, articles de presse, interventions à la radio et à la télévision régionale, nombreuses pages du site internet, journées philatéliques autour du timbre de la mobilisation d’août 1914…

De nombreuses idées fourmillent pour l’année en cours : plaquettes (en français, anglais, allemand) à éditer en partenariat avec Belfort Tourisme, édition d’une brochure de 125 pages sur le centenaire de la Guerre 14-18 à Morvillars, travail de mémoire avec les scolaires…

Pour les prochaines cérémonies patriotiques, il est proposé d’associer les différentes nations des soldats enterrés à Morvillars : Sénégal, Algérie, Tchad, Maroc, Madagascar, Ecosse…